• Imprimer
Patrick Modiano

Patrick Modiano

Grand prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco (1984)
Grand prix de Littérature Paul-Morand de l'Académie française (2000)
Prix de la Bibliothèque nationale de France (2011)
Prix mondial de la Fondation Simone et Cino del Duca (2010)
Prix Nobel de Littérature (2014)

Patrick Modiano, né en 1945, est l'un des plus talentueux écrivains de sa génération. Explorateur du passé, il sait ressusciter avec une précision extrême l'atmosphère et les détails de lieux et d'époques révolues, comme le Paris de l'occupation, dans son premier roman, «La Place de l'étoile», paru en 1968. Avec «Catherine Certitude», il nous fait pénétrer dans l'univers tendre d'une petite fille au nom étrange, dont l'enfance se déroule dans le quartier de la gare du Nord, à Paris, au cours des années 1960.
Il est le quinzième écrivain français à recevoir la prestigieuse récompense, le Prix Nobel de littérature, le 9 octobre 2014.


Grand prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco (1984)
Grand prix de Littérature Paul-Morand de l'Académie française (2000)
Prix mondial de la Fondation Simone et Cino del Duca (2010)
Prix Nobel de littérature (2014)

Dernière mise à jour : 04/09/2015

Dernières parutions

Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano
Patrick Modiano

Autour de l'auteur

  • Entretiens & documents
  • Actualités
  • Dans les médias

    « Un chef-d’œuvre ! »
    François Busnel, La Grande Librairie

    « Des lieux, des noms, des époques… La mémoire et le songe imprègnent ce récit, où naît la vocation d’écrivain du désormais familier Jean Bosmans. […] Conte climatique, récit d’apprentissage, Chevreuse est aussi l’histoire d’une vocation d’écrivain. […] Un roman inquiet au cœur duquel vibre une peur d’enfant. »
    Nathalie Crom, Télérama

    « Peut-être Modiano n’a-t-il jamais été aussi proche de Proust : non pour le phrasé, mais dans cette façon si particulière de raconter – de retrouver – son temps perdu. […] Chevreuse est un livre de retrouvailles : celles que l’on vit presque toujours en lisant Modiano, qui dissémine incessamment les signes de son œuvre passée et nous donne ce sentiment étrange, en définitive, de renouer avec un monde dont on ne sait plus si on l’a vécu ou si on l’a rêvé. »
    Fabrice Gabriel, Le Monde des Livres

    « Dans son nouveau roman, le Prix Nobel arpente une fois de plus le chemin de la mémoire. Magistral. »
    Samuel Dufay, L’Express

    « Son style est comme un filet de voix pour évoquer la mémoire d’un enfant perdu ; des mots qui sont ceux de l’incertitude, Modiano n’a pas son pareil pour déposer un voile sur les histoires qu’il raconte. […] Toute l’entreprise romanesque de l’auteur est une machine à remonter le temps. »
    Étienne de Montety, Le Figaro Littéraire

    « Chevreuse parle de la vie qui coule, de la mémoire et de l’oubli. […] II y a toujours chez Modiano le titillement des fantômes et des énigmes d’autrefois pour mieux les mettre en boîte, les coucher sur le papier, en désordre de préférence. […] D’abord jouet de la situation et des protagonistes, le narrateur tente de reprendre le dessus et de repousser les ombres menaçantes surgies du passé. On est pris dans cette délicieuse spirale, qui joue sur plusieurs dimensions. »
    Frédérique Roussel, Libération

    « Avec Chevreuse, Patrick Modiano a peut-être dévoilé le plus directement au cœur d’un roman les secrets qui l’ont poussé à écrire à 25 ans, la matrice de son écriture, ouvrant la porte à la naissance de l’œuvre à venir. »
    Nelly Kaprièlian, Les Inrockuptibles

    « Auréolé d’un prix Nobel de littérature, l’écrivain donne à sa petite musique des accents de thriller mental dans un nouveau roman labyrinthique où les personnages féminins mènent la danse. »
    Gilles Chenaille, Marie Claire

Prix littéraires

  • Prix Goncourt 1978
  • Prix des Libraires 1976
  • Grand prix du Roman de l'Académie française 1972
  • Prix Félix-Fénéon 1968
  • Prix Roger-Nimier 1968